Castel 4, le coup d’arrêt !!!

jeudi 29 novembre 2007

Bonjour à tous fidèles lecteurs,

Toutes les belles séries ayant une fin (j’en veux pour preuve « Sous le Soleil »), votre équipe masculine préférée s’est inclinée hier soir sur le terrible score de 3 sets à 0. En effet, après avoir déchiré l’épais brouillard pour arriver jusqu’au gymnase de Drémil-Lafage, nous nous sommes fait « cueillir à froid ».

Résumé :

Le premier set démarra timidement.

Nous étions assez fébriles et, vers la 15e minute, un cri déchira le gymnase. Sur une tentative de reprise du pied droit dont j’en ai le secret, je sentis comme un coup de couteau sur le côté gauche de mes adducteurs accompagné d’un bruit sourd ressemblant étrangement à celui d’un gros élastique qui se casse en deux. S’en suivit un roulé-boulé sur le sol dur et froid du gymnase agrémenté de gémissements à faire pâlir un footballeur italien (c’est mon côté « homme de la télé »).

Mes coéquipiers, sous le choc, tentèrent tant bien que mal de reprendre la partie normalement.

Le premier set repris sans trop d’intensité. Nous eûmes trois balles de set à chaque fois gâchées par des services dans le filet. Fébrilité, quand tu nous tiens. Du coup, Drémil en profita pour nous coiffer au poteau sur le score de 29 points à 27.

Les 2 sets suivants furent les copies quasi-conformes du premier, notre équipe n’arrivant pas à imposer son rythme.

A saluer aussi, la défense « héroïque » de l’équipe de Drémil qui renvoyait tout, même les attaques surpuissantes de nos centraux. Je pense que c’est sur ce secteur de jeu que nous avons été en dessous de nos adversaires du soir et un poil trop « spectateurs ».

Nous nous inclinons donc 23-25 dans les deux derniers sets non sans une certaine amertume d’avoir laissé filer ce match qui était à notre portée. Mais n’est-ce pas dans la défaite que l’on bâtit les plus belles victoires (ça, c’est mon côté poète) ?

Olivier de Lapeyrouse

PS : Handicapé recherche masseuse pour ses adducteurs !!!